mercredi 22 juillet 2009

Petite mise au point historique

Pour en finir avec l'histoire mythique des brassières brûlées...

No More Miss America!

It was the protest of the Miss America pageant in September of 1968 that launched Women's Liberation in the public consciousness. Throwing girdles, high heels, hair curlers, bras, Playboy magazines and other "instruments of female torture" into a Freedom Trash Can, more than 100 women demonstrated on the boardwalk at Atlantic City against all the false ways women have to look and dress and act. The "bra burning" myth arose because the women had originally intended to burn these symbols of oppression. Carol Hanisch got the idea for the action. Robin Morgan wrote the press release below. Several members of the group, including Carol Hanisch and Kathie Sarachild, managed to hang a banner over the balcony and shout, "Women's Liberation" during the crowning of Miss America. August 22, 1968New York City



On September 7th in Atlantic City, the Annual Miss America Pageant will again crown "your ideal." But this year, reality will liberate the contest auction-block in the guise of "genyooine" de-plasticized, breathing women. Women's Liberation Groups, black women, high-school and college women, women’s peace groups, women's welfare and social-work groups, women's job-equality groups, pro-birth control and pro-abortion groups- women of every political persuasion- all are invited to join us in a day-long boardwalk-theater event, starting at 1:00 p.m. on the Boardwalk in front of Atlantic City's Convention Hall. We will protest the image of Miss America, an image that oppresses women in every area in which it purports to represent us. There will be: Picket Lines; Guerrilla Theater; Leafleting; Lobbying Visits to the contestants urging our sisters to reject the Pageant Farce and join us; a huge Freedom Trash Can (into which we will throw bras, girdles, curlers, false eyelashes, wigs, and representative issues of Cosmopolitan, Ladies' Home ]ournal, Family Circle, etc.- bring any such woman-garbage you have around the house); we will also announce a Boycott of all those commercial products related to the Pageant, and the day will end with a Women's Liberation rally at midnight when Miss America is crowned on live television. Lots of other surprises are being planned (come and add your own!) but we do not plan heavy disruptive tactics and so do not expect a bad police scene. It should be a groovy day on the Boardwalk in the sun with our sisters. In case of arrests, however, we plan to reject all male authority and demand to be busted by policewomen only. (In Atlantic City, women cops are not permitted to make arrests- dig that!)

Male chauvinist-reactionaries on this issue had best stay away, nor are male liberals welcome in the demonstrations. But sympathetic men can donate money as well as cars and drivers. We need cars to transport people to New Jersey and back.

Male reporters will be refused interviews. We reject patronizing reportage. Only newswomen will be recognized.

Anyone interested in further information, and anyone willing to help with ideas, transportation, money, or anything, can write us at: P.O. Box 531, Peter Stuyvesant Station, New York, N.Y. 1009, or telephone (212) 475-8775 between 7:30 and 10:00 p.m. weeknights. Get a group of women together, come to the Miss America Pageant on Saturday, September 7th, and raise your voice for Women's Liberation. We will reclaim ourselves for ourselves. On to Atlantic City!

The Ten Points We Protest:

1-The Degrading Mindless-Boob-Girlie Symbol. The Pageant contestants epitomize the roles we are all forced to play as women. The parade down the runway blares the metaphor of the 4-H Club county fair, where the nervous animals are judged for teeth, fleece, etc., and where the best "Specimen" gets the blue ribbon. So are women in our society forced daily to compete for male approval, enslaved by ludicrous "beauty" standards we ourselves are conditioned to take seriously.

2- Racism with Roses. Since its inception in 1921, the Pageant has not had one Black finalist, and this has not been for a lack of test-case contestants. There has never been a Puerto Rican, Alaskan, Hawaiian, or Mexican-American winner. Nor has there ever been a true Miss America- an American Indian.

3- Miss America as Military Death Mascot. The highlight of her reign each year is a cheerleader-tour of American troops abroad- last year she went to Vietnam to pep-talk our husbands, fathers, sons and boyfriends into dying and killing with a better spirit. She personifies the "unstained patriotic American womanhood our boys are fighting for." The Living Bra and the Dead Soldier. We refuse to be used as Mascots for Murder.

4-The Consumer Con-Game. Miss America is a walking commercial for the Pageant's sponsors. Wind her up and she plugs your product on promotion tours and TV-all in an "honest, objective" endorsement. What a shill.

5- Competition Rigged and Unrigged. We deplore the encouragement of an American myth that oppresses men as well as women: the win-or-you’re-worthless competitive disease. The "beauty contest" creates only one winner to be "used" and forty-nine losers who are "useless."

6- The Woman as Pop Culture Obsolescent Theme. Spindle, mutilate, and then discard tomorrow. What is so ignored as last year's Miss America? This only reflects the gospel of our Society, according to Saint Male: women must be young, juicy, malleable-hence age discrimination and the cult of youth. And we women are brainwashed into believing this ourselves!

7- The Unbeatable Madonna-Whore Combination. Miss America and Playboy's centerfold are sisters over the skin. To win approval, we must be both sexy and wholesome, delicate but able to cope, demure yet titillatingly bitchy. Deviation of any sort brings, we are told, disaster: "You won't get a man!!"

8- The Irrelevant Crown on the Throne of Mediocrity. Miss America represents what women are supposed to be: inoffensive, bland, apolitical. If you are tall, short, over or under what weight The Man prescribes you should be, forget it. Personality, articulateness, intelligence, and commitment- unwise. Conformity is the key to the crown- and, by extension, to success in our Society.

9- Miss America as Dream Equivalent To-? In this reputedly democratic society, where every little boy supposedly can grow up to be President, what can every little girl hope to grow to be? Miss America. That's where it's at. Real power to control our own lives is restricted to men, while women get patronizing pseudo-power, an ermine clock and a bunch of flowers; men are judged by their actions, women by appearance.

10- Miss America as Big Sister Watching You. The pageant exercises Thought Control, attempts to sear the Image onto our minds, to further make women oppressed and men oppressors; to enslave us all the more in high-heeled, low-status roles; to inculcate false values in young girls; women as beasts of buying; to seduce us to our selves before our own oppression.


SUGGESTED READING: Carol Hanisch's criticism/self-criticism of the action,
What Can Be Learned: A Critique of the Miss America Protest.

dimanche 19 juillet 2009

La sportive en colère est de retour!

Après d'autres mésaventures sportives, j'ai pensé faire quelques recherches sur le sujet, voici le fruit de mes fouilles... je donne un peu pêle-mêle les bouts les plus marquants parce que ya du stock mais aller voir les liens pour tout lire :P

(La plupart des sites viennent de France, il ne semble pas avoir grand chose qui se fait sur ce sujet au Québec)

Femix Sports - Organisme français

Citation d'un power poin
t sur la place des femmes dans le sport:
Dans la pratique:

Les pratiques sont encore très sexuées :

Dominante femmes : gymnastique, danse, équitation, patin à glace, randonnée pédestre ou en montagne

Dominante hommes : football, rugby, handball, pétanque et engagement dans la compétition

Pratique équilibrée : natation, marche, volley-ball

Visibilité des sportives dans les médias

• Une inégalité de traitement en quantité :

• peu de volume de 1% à 25% des articles « sport » selon le type de média ; des articles plus courts dans la presse

• les femmes ne sont pas présentes dans les sports les plus médiatisés (football, Formule 1)

• peu de journalistes femmes

• manque d’intérêt des lecteurs ?

• Problème qualitatif : image et vocabulaire

• en 2000, seuls 5% des journalistes sportifs sont des femmes… la sportive est donc montrée au travers du regard des hommes et le critère «séduction» est encore souvent le plus important

La revue Genre, sexualité & société

Violences sexistes et sexuelles dans les sports : exemples de l’humour et de l’insulte

(Article super intéressant)

Dans le cadre des Activités physiques et sportives (APS), certaines populations subissent plus particulièrement des violences et plus largement des préjudices : les femmes1, les homosexuel-le-s déclaré-e-s ou non, les African American ou les Hispanics aux USA, les Maghrébins et les Turcs en Europe, etc. Ici, notre attention porte sur l’usage des insultes et des moqueries dans les Activités physiques et sportives par des jeunes collégien-ne-s et lycéen-ne-s en Bretagne.

En effet, les Activités physiques et sportives constituent aujourd’hui toujours un vecteur de l’hégémonie masculine : les hommes dirigent les principales fédérations et les plus importants organismes sportifs internationaux (Louveau, 2006). Les institutions les plus reconnues valorisent la compétition « à tout crin », et par conséquent un rapport objectal au corps en encourageant les auto-agressions, et les agressions physiques et sexuelles sur les autres. Les femmes et les jeunes filles, dominées dans ces institutions masculines, subissent cette idéologie où le rapport à l’autre est empreint de violences. Les Activités physiques et sportives, y compris scolaires, participent aussi « d’une société patriarcale où le sexisme et la misogynie sont profondément enracinés »3 (Forbes et al., 2006, 450). Pour synthétiser ces résultats nombreux et bien documentés, nous pouvons en suivant Forbes et ses collègues indiquer que les jeunes hommes dans les sports violents au collège, au lycée et à l’université sont engagés et encouragés à avoir des agressions psychologiques et physiques contre leurs adversaires, participent plus souvent aux harcèlements sexuels (sexual coercion), sont davantage hostiles aux femmes, acceptent davantage le mythe du viol et partagent les croyances sexistes et homophobes….

Femmes et sports : des préjugés persistants

Date de diffusion : 31 mars 1987
La sociologue du sport Suzanne Laberge rappelle que la route des femmes vers l'égalité n'est pas terminée.

Une vieux vidéo de Radio-Can, il date un peu mais on voit justement les progrès depuis et les choses qui n'ont tjs pas changé! Il parle de sports mixtes à la fin!!!


jeudi 16 juillet 2009

En parlant de la charogne...

Preuve de plus de mon masochisme exarcerbé continue à lire les chroniques de Richard Martineau lorsque je tombe dessus... Voici une des chroniques des derniers jours.

Richard Martineau
La fin des mâles?
Richard Martineau13/07/2009

Connaissez-vous la
chanson I Don't Need A Man, des Pussycat Dolls?
En gros, ça dit: «Je n'ai
pas besoin d'un homme pour réussir, je n'ai pas besoin d'un homme pour me sentir
complète, je n'ai pas besoin d'une bague autour du doigt pour me sentir bien»,
Eh bien, cette toune risque de devenir l'hymne officiel des femmes.
En effet, si l'on en juge par ce qui est arrivé cette semaine, l'homme avec
un petit «h» risque de devenir une espèce en voie de disparition.


Il y a quelques jours, des scientifiques britanniques ont réussi à
fabriquer du sperme en laboratoire à partir de cellules souches.
ce que ça veut dire?
Ça veut dire que, bientôt, les femmes n'auront plus
besoin des hommes pour se reproduire.
On ne servira plus à rien! Seulement
aux trois P: la poubelle, la pelouse et le pelletage. Le reste, les femmes (qui
vivent plus vieille, sont en meilleure santé et réussissent mieux à l'école que
les hommes) s'en chargeront.
«Les mâles ne jouent pas un rôle essentiel dans
la nature, disait le généticien Albert Jacquard lors d'une entre-vue à
Radio-Canada, le 11 juillet 1984. Il y a des espèces sexuées qui ont continué
d'exister même si les mâles avaient complètement disparu.»
«C'est arrivé à
une espèce de peupliers. Un certain hiver, il y a deux siècles, il faisait si
froid que tous les mâles de cette espèce, qui étaient plus fragiles que les
femelles, sont morts. Or, les femelles vivent toujours, elles continuent à se
reproduire, mais elles ne font plus que des femelles.»


Il y a deux ans, la journaliste française Rosine Bramly a publié un
essai intitulé Les femmes ont-elles encore besoin des hommes?
«Les femmes en
viennent à se demander si elles ont vraiment besoin de ces messieurs parfois
plus encombrants que rassurants, écrivait-elle. Entre les métrosexuels, les
androgynes sensibles qui passent leur temps à se plaindre de leurs bobos réels
ou imaginaires et les Peter Pan qui prolongent leur adolescence à plus de 60
ans, on se demande où sont passés les hommes?»
Rassurez-vous, Mesdames.
Grâce au progrès de la science, vous pourrez enfin vous débarrasser de nous.
Pendant que nous jouerons aux jeux vidéo dans le garage, vous pourrez
explorer votre sexualité avec votre meilleure copine, grimper les échelons du
succès et vous engrosser les unes les autres.
On ne vous dérangera pas,
c'est promis. Vous pourrez même nous couper les bijoux de famille pour être
sûres qu'on ne vous achalera pas trop...


Hier, mon confrère Mathieu Turbide disait que de plus en plus de
catholiques préconisent le port du voile pour les femmes. Après les musulmans,
c'est au tour des cathos de vouloir cacher les cheveux des femmes, histoire de
leur rappeler quel sexe mène le monde.
Qui sait? Le jour où les femmes
pourront s'acheter un kit à fabriquer du sperme chez Jean Coutu, ce sera
peut-être à notre tour de faire preuve de pudeur.
On devra se visser une
casquette des Expos sur la tête chaque fois qu'on mettra les pieds dehors,
demander la permission écrite de notre soeur de huit ans pour conduire une auto
et porter un habit de motoneige en plein soleil.
Ce sera le juste retour des
choses. Depuis le temps qu'on fait suer les femmes, ce sera à leur tour de nous
traiter comme de la merde.

Au pire...c'est les gars comme lui qui me donne envie de me reproduire toute seule.

mercredi 15 juillet 2009

ya des stratégies plus atroces que d'autres..

Un court vidéo sur des femmes sud-africaines lesbiennes, que des hommes violent pour les rendre hétéros...

Si vous en avez pas vu assez après ça, vous pouvez aussi aller regarder cet extrait d'un documentaire d'une vingtaine de minutes sur le même sujet.

mercredi 8 juillet 2009

Nos amis les insectes..

Héhé, deux choses à vous faire découvrir aujourd'hui. Je les ai moi-même découvertes grâce à Bitch Magazine: Feminist response to pop culture.

Donc pour commencer, une série de vidéo assez ...étranges, intitulée Green Porno, réalisée par Isabella Rosselini. Le but est de faire connaître des faits intéressants sur la reproduction de certains insectes.

Je vous invite a visionner tous les épisodes...c'est assez surprenant!

Deuxième vidéo intéressant: un épisode d'une série intitulé Smart girls at the party.
En gros, une équipe de 3 femmes, pour des entretiens de 5 à 10 minutes, vont rencontrer des filles de 8 à 14 ans et les font parler de ce qui les passionne : jardinage, écriture, yoga, féminisme(!). Ce qui est intéressant, c'est l'aspect d'"empowerment" qui est présent. La manière de faire sentir aux filles que ce qu'elles font présentement est aussi important que ce qu'elles vont "devenir". Participer à leurs activités et les féliciter. Bon ok, malgré l'intention valable...ce qui "entoure" l'émission...par exemple le dance party à la fin, et la petite chanson, n'est pas nécessaire. C'est aussi pourquoi, je vous fais seulement regarder celui avec la jeune féministe. Parce que celui là, il est franchement rafraîchissant.

Bon visionnement!